Vendredi 28 Avril 2017
Bulletin
Daixois
  ABONNEMENT
Newsletters/SMS
  Allo Mairie
   03 80 56 54 12  
 
Accès rapide Rubriques
Accueil > Histoire et Patrimoine > Patrimoine > Les curiosités > L'église Saint Laurent
L'église Saint Laurent

Dimanche 29 novembre 1998, la Municipalité de Daix conviait toute la population à fêter les 150 ans de la pose de la première pierre de notre église.

Cependant, la première église de Daix est vraisemblablement construite au cours des XIème et XIIème siècles, sur le plateau du Plain Saint Laurent. Mais dès 1790, cette église pose de sérieux problèmes à la municipalité et aux habitants en raison de la vétusté de ses murs et de sa toiture. En 1842, l'accès de l'église est interdit.

Le 8 novembre 1846, sa démolition est décidée et son remplacement entériné, le 18 avril 1848 par M. le Préfet. Une nouvelle église est donc bâtie, cette fois, au centre du village : sa construction s'achève le 3 février 1850. Le 2 avril 1850, Mgr Flaque, évêque de Dijon, vient bénir la nouvelle église tandis que le procès-verbal de réception des travaux est approuvé le 10 novembre.

Daix avait enfin son église...

Décembre 2006 : la toiture du clocher se dégradant dangereusement depuis quelques années, la Municipalité décide de procéder à sa réfection totale et de substituer aux tuiles en place, de magnifiques tuiles vernissées qui, en plus de jouer leur rôle protecteur, donnent un air plus « bourguignon » au clocher.

Plusieurs semaines de travaux sont nécessaires à cette réfection qui donne lieu, le 15 septembre 2007, à une inauguration officielle au cours des 24émes journées du patrimoine.


Ses trésors visibles :

  • devant l'autel, la dalle funéraire de Jean Heugo, homme d'armes de la compagnie du comte de Charny, mort en 1581 ;
  • un Christ aux liens, sculpture grandeur nature datée de 1546 (restauré en 2007) ;
  • des ornements liturgiques ainsi qu'un chasublier, récemment rénové (2007), datant du XIXème siècle ;
  • un très grand tableau représentant St Laurent indiquant au Préfet de Rome les malheureux de la ville assemblés autour de lui, comme étant le trésor de son église (XIXème siècle).