Vendredi 21 Juillet 2017
Bulletin
Daixois
  ABONNEMENT
Newsletters/SMS
  Allo Mairie
   03 80 56 54 12  
 
Accès rapide Rubriques
Accueil > Environnement > Parcs et jardins > Le parc des Tourelles
Le parc des Tourelles

Le parc naît au début du XVIIème siècle. Il forme à l'origine le parc du château, propriété d’un certain Joseph Falanier, procureur à Dijon et s'étend sur une surface d’un peu plus d’1 hectare.

 
On doit à son second propriétaire, le Chanoine François Gault, la réalisation des premiers aménagements avec l’édification d’une orangerie, d’un colombier (malheureusement détruit au début du XIXème siècle) et d’un bassin au pied des terrasses, le reste de l’espace étant constitué par un jardin d’agrément, un jardin potager et des espaces verts essentiellement boisés.

A l’issue de trois siècles d’occupation privée, la Municipalité saisit, au moment de la mise en vente de la propriété par des marchands de biens en 2006, l’opportunité d’aménager dans cet espace vert un parc public.
Face à une urbanisation galopante et parfois incontrôlée, maintenir cet îlot de verdure au centre du village conforte cette réputation qui est la nôtre de "poumon vert" de l’agglomération. Il devient, très rapidement, un lieu véritable facteur de rapprochement et de lien inter-générationnel, un espace de détente et de convivialité propice aux diverses manifestations, un passage obligé pour tous les amoureux de longues promenades dans la nature du Grand Dijon.

Aujourd'hui, le parc trouve sa splendeur, son charme et son agrément dans cette réhabilitation. Celle-ci s'imposait et donne à ce parc l'une des plus belles signatures vertes de notre Commune.
 
Un projet et une réalisation durables

Le parc hérite d’un grand espace ouvert et ensoleillé central et d’un boisement en couronne. L’aménagement met en exergue ces deux situations, ombragées et ensoleillées, du sous bois et de la terrasse.

La terrasse et le chemin qui ceinture la couronne boisée forment une sorte d’amphithéâtre. On peut alors imaginer que la terrasse très architecturée de cet amphithéâtre en soit la scène et que le jardin linéaire avec ses arbres formés, peuvent coulisser comme des rideaux pour faire évoluer la vue vers le fond de scène.
A l’inverse de ce lieu très exposé, et très aménagé, le sous-bois offre une ambiance plus confidentielle, comme les couloirs d’un théâtre. La verticalité et le rythme des troncs d’arbres ainsi que la sinuosité des chemins trouvent un écho dans les lignes que dessinent les clôtures en ganivelles.
 
Des portiques marquent le passage d’un univers à l’autre.
Mais l’imaginaire ou le symbolisme peut aussi amener à voir la forme de la coquille Saint-Jacques dans le plan d’ensemble car nous sommes à deux pas du chemin de Compostelle. Libre à chacun…

Les techniques d’aménagements sont issues d’une considération particulière de l’existant.
La prairie centrale, le boisement, la ceinture de buis on été considérés comme des éléments de patrimoine vivant. Chacun présente un rythme de vie et des cycles différents dans lesquels la fonction de parc doit interférer au minimum afin d’en tirer parti au mieux et durablement.
Le boisement par exemple, se comporte comme un organisme
vivant et autonome (il n’a nécessité que peu de gestion pendant de nombreuses années). Nous avons adapté l’aménagement afin que son nouvel usage de parc ne soit pas un préjudice à sa propre vie biologique et à son renouvellement. Nous avons par exemple, mis en retrait des zones de régénérations où les futurs arbres pourront se ressemer à l’écart du piétinement.
 
Des broyats de bois frais (résidus d’élagages) ont été réemployés pour les plantations. Plutôt que de brûler ou d’exporter les branchages, des fascines ont été amoncelées à la faveur des insectes et de la petite faune qui jouent leur rôle dans cet écosystème.Dans une approche durable de l’aménagement, les matériaux durs sont issus de carrières proches, le bois des mobiliers est en mélèze (un bois auto-protégé naturellement) issus de boisements gérés durablement.

Certaines installations réemploient des arbres coupés sur place, aucun matériau en PVC n’a été employé (y compris pour les réseaux), aucun pesticide non plus.
 
Enfin, au travers des plantations de sous-bois, nous avons voulu mettre en valeur la beauté naturelle de la flore locale. Certaines plantes, déjà en place, ont simplement été préservées. Les plantes installées s’inspirent, pour partie, de ce que l’on peut rencontrer en lisière au Val-Suzon par exemple, à quelques pas de là.
A l’inverse du jardin de la terrasse, qui symbolise une nature maîtrisée par l’homme, l’aménagement du sous-bois se veut être une nature à laquelle il prend part.

Après une enquête préalablement réalisée auprès de la population, il est inauguré officiellement le vendredi 20 juin 2008 sous le nom de "parc Les Tourelles".

Entrées :

Le parc possède deux entrées : une entrée "basse" rue des Combottes et une entrée "haute" rue d'Hauteville.

Horaires d'ouverture :

Du 16 avril au 15 octobre : 9h15 - 21h30
Du 16 octobre au 15 avril : 9h15 - 17h00